poèmes 2011, Vers libres

Si j’avais par instants saisi

Si j’avais par instants saisi
La face
De mes rêves mais amasse
Donc mes yeux bleus ou bien verts et blanchis par
La glace, sois
Par mégarde, par
Erreur le reflet de ma
Glace, avance
Lance ton cris d’essences et de bientôt voraces
Vérités nues
Dicte
Donc tes pensées mises à
Nu, baille
Aux corneilles, si tu le veux, mais cours
Vers les chemins de ta basse-cour
Enfermée et cinglante, piaillant
Mille et un courts refrains sous ton front toi démente
Félicité : pleure
De n’avoir su garder
Une trace
Un fil
Un fusain pour te pendre
A l’écrit de ton cil
Qui crache et
Ploie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s