poèmes 2012, Vers libres

Dansons une dernière fois

 

Dansons une dernière fois, la ritournelle est morte
Et le coeur aux abois je frappais à la porte
De mes frayeurs d’hier
Que me vaut donc le vent, dupliquant la fenêtre
Et ouvrant grand la vitre, il jette
Son amour pour la rime, il le jette, le regrette
Et dans son enclos, seul, lisant son épitaphe
Il verse encore le mord nous retenant, la vague
De nos désillusions nous ramène à ce soir
Où tu fis l’invaincu, en guise de paraphe.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s