poèmes 2013

Tes yeux

Seul sol où je demeure
Seule terre où je m’enracine
Seul terreau pour enfouir ma douleur
Seul sous-bois où me perdre, seule source citadine

De mes pensées seule écorce
Du berceau de mes voeux le seul bois
Seule porte sacrée que je force
Seul échafaud où j’aille, seule faille que je sois

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s