Articles

Ad Vitam Aeternam – Extrait 4

Gregor aida Joann à sortir de la voiture qu’il venait de garer devant les immenses portes du studio de radio, puis l’accompagna jusqu’à l’intérieur, suivi de près par Anton. Il était pressé de se retrouver seul ; il reconnaissait qu’il était nerveux et déjà fatigué. Il n’était pas facile d’arrêter de fumer et c’était là son 27ème jour sans cigarette. Il lui fallait du calme. Une fois Joann Watson entrée dans le bâtiment, il reprit les commandes de son véhicule et le gara sur la place de parking qui lui était réservée. Alors, il souffla doucement entre ses dents, coupa le contact et allongea le siège. Un peu de repos, enfin. Madame Watson en aurait pour au minimum deux heures, là-dedans. Dans son oreillette, il entendait les échanges parcimonieux entre Joann et son garde du corps. Si on avait besoin de lui, on l’appellerait. Il ferma les yeux.

« Greg, Greg, en position, merde ! » La voix d’Anton, aussi grave qu’il était costaud, grésillait dans l’oreillette. Gregor ouvrit les yeux, tendit  un bras hésitant vers le volant, s’y agrippa pour se redresser puis fouilla ses méninges en quête d’une explication quelconque. Bordel, il ne se passait quand même pas un truc ? Il entendit des cris en direction du bâtiment. Et merde, il avait loupé le coche. Aussitôt après s’être allongé dans la voiture, Gregor s’était enfoncé dans un sommeil profond et laineux, forme de léthargie morbide et doucereuse qu’il avait du mal à quitter tout-à-fait. Des images flottaient encore en lui, restes d’un rêve qui le travaillait depuis maintenant une semaine. Il fit remonter le siège d’une main engourdie, se frotta un instant les paupières et démarra aussitôt. Quand il s’approcha de l’entrée des artistes, Anton s’engouffra dans la voiture, chargé d’un immense amas de volants rouges que Gregor définit comme étant Joann Watson évanouie.

« Ça fait des plombes que j’t’appelle, Greg, putain, j’croyais qu’on pouvait t’compter dessus ! Zéro réaction ! » Il l’observa en biais dans le rétro intérieur. « Qu’est-ce-que t’as pris pour êtr’ dans c’t’état ? Non mais je rêve, t’as dormi ? »

Gregor démarra sec et lança la voiture à pleine allure sur la nationale.

« Anton, on va où là ? ». Sa voix était encore engourdie par le sommeil.

« Clinique San Andreas, Greg, Clinique San Andreas, tu le sais, bordel, que c’est là pour les urgences. Pas moyen de te réveiller mieux que ça, ou quoi ? T’es pitoyable, et pas là quand y faut, merde. »

Gregor souffla, ouvrit la boite-à-gants et en sortit un paquet de clopes entamé, qu’il avait laissé là au cas où. Il en prit une et l’alluma d’une main en jetant un coup d’œil sur le rétro intérieur.

« Elle a quoi, la miss ? Il s’est passé un truc ? »

Anton le fixa avec l’expression livide d’un croque-mort, les paupières agitées, le regard vitreux, comme s’il cherchait à faire disparaître tout-à-fait des images persistantes.

« Amène-nous à la clinique, Greg. Vaudrait mieux pour toi qu’il n’y ait rien. Rien du tout, oui, voilà. Il ne s’est rien passé. »

Gregor accéléra encore. Il était surpris de l’attitude quasi-hystérique d’Anton. Il ne l’avait jamais vu aussi nerveux. Son comportement n’était pas le moins du monde habituel.

« Tu crois quoi ? Accélère, je rêve, accélère ! »

Ils arrivaient enfin, de toute façon. La clinique était située au 6ème étage d’un gratte-ciel, et on pouvait y accéder directement par une bretelle spécifique. Un infirmier sortit aussitôt muni d’un brancard. Tandis que Joann repartait bien entourée, Gregor se tourna vers Anton.

« Bon, raconte. »

Anton se figea soudain, ses petits yeux sombres écarquillés. Il cligna plusieurs fois des paupières, observa Gregor puis jeta un regard circulaire.

« Raconter quoi, Greg ? »

– Merde, Anton, c’est quoi ton problème ? » Gregor soupira, jeta son mégot dans un cendrier puis se retourna vers son collègue.

«  Allez, go, on entre. ».

Gregor entra dans la clinique, qui était décidément particulièrement classe. Normal, se dit-il, elle était réservée aux stars.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s