La Naïveté Féconde – Chapitre 5

Il y avait une lune gigantesque, sur ça je ne rigole pas c’est la vérité. Elle était énorme et ronde comme un œil étrange qui regardait la terre et surveillait tout ce qui s’y déroulait. Elle était comme un témoin occlusif qui savait tout et c’était ça franchement qui foutait le plus la trouille. On a nous rien vu mais tout s’est finalement passé un peu trop vite.

C’est pas facile de se dire adieu, et regarder comme ça l’autre partir, le regarder partir, le regarder partir et ne rien pouvoir faire. C’est la mort qui tue. C’est bête à dire mais c’est vrai, elle nous prend au ventre comme ça, les adieux qui nous surprennent et qui surprennent d’autant plus qu’ils se passent, et finalement ils font parti de la réalité même si nous on ne l’imaginait pas et que même on n’y pensait pas. Alors on regarde la lune comme ça, et on regarde son œil de verre qui frémit sous le vent, et puis le vent d’ailleurs soufflait sur les vitres et le carreau sec, et nous nos yeux pour le coup n’étaient pas secs.

Poursuivre la lecture « La Naïveté Féconde – Chapitre 5 »